30 juin 2009

Les soeurs de l'Hôtel Dieu de Lyon

Georges HUBIN est évacué comme prévu par le Docteur sur un hôpital de l'arrière : l'Hôtel Dieu de Lyon. A Lyon, débarquement du train. Course en voiture. Où va-t-on ? Sais pas. Enfin on passe sous un vieux portique d'un vieil hôpital : Hôtel-Dieu de Lyon !On me monta au troisième étage,dans une salle comble qui n'avait qu'un lit de disponible. Pendant qu'on me déchargeait du brancard sur ce lit, j'eus le temps d'apercevoir le Rhône coulant en dessous, par delà le Boulevard dont la cime des arbres venait frôler nos vitres.La salle... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 09:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 juin 2009

Examen du toubib

Là, je n'ai pas pu dormir de la nuit : j'avais trop mal, et puis, vers le matin, il y eut une arrivée incessante de blessés qui venaient du bois. Engagé dès son arrivée en tranchée, notre Bataillon eut à subir un terrible assaut. La moitié de la quatrième Compagnie était prisonnière, l'autre moitié presque anéantie, le Capitaine PÉRONNE blessé encore une fois. Notre deuxième avait beaucoup souffert aussi, mais n'avait pas eu de prisonniers. Les deux autres Compagnies étaient, à ce moment-là, encore aux prises avec les assaillants.Le... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 10:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 juin 2009

Le Sous-lieutenant Pierre DEHAUT

Le Sous-lieutenant Pierre DEHAUT commandait la 2è section de la 4è Cie du 1er bataillon du 147è RI sous les ordres du Capitaine PERONNE.Il figurait dans les effectifs à la date du 5 août 1914.Il fut porté disparu le 28 août 1914 lors de la bataille de Yoncq, ainsi que le Sous-lieutenant MONOD.En parcourant les listes de prisonniers parues dans la Gazette des Ardennes, je viens de relever son nom. Il figure sur la liste n°4 parue le 12 avril 1915.Il était détenu au camp d'officiers de la forteresse de Torgau en Saxe, à près de 800 km... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 08:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 juin 2009

Le 27 décembre 1914 : retour à La Harazée

Et, en effet, le soir même, c'est-à-dire le 27, à peine 24 heures après notre arrivée au cantonnement, alors que nous croyions y être pour cinq jours au moins, tout le régiment dut reprendre le chemin du bois de la Gruerie et repasser encore une fois par La Harazée.Cette fois, je marchais avec ma vraie Compagnie, la deuxième; mais quand je dis je marchais, je veux dire que j'en faisais de nouveau partie, que j'y comptais de nouveau ; mais je ne pus pas marcher du même pas que les autres. En me martyrisant, j'étais bien parvenu à... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 10:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 juin 2009

26 décembre 1914 : relève

Le 26 Décembre, tard dans la soirée, eut lieu la relève, relève réelle cette fois. Nous sortons vraiment du bois par la route de Varennes, le Four de Paris, La Harazée; nous montons le raidillon de La Placardelle, et, tard dans la nuit, nous entrons à Saint-Clément où, finis, vannés, nous nous laissons tomber sur la paille des granges qu'on nous avait désignées : 17 jours consécutifs de tranchées, avec tous ces avatars avachissants et dangereux.J'étais bien parvenu à suivre la colonne jusqu'à ce cantonnement; mais, le lendemain,... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 08:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 juin 2009

1914 : Jour de Noël, un cadeau précieux

Le 25 Décembre, jour de Noël, je reçus un cadeau précieux : une lettre de ma Manette, une lettre de sa main, la première depuis l'entrée des Allemands à Longwy ! Quelle joie de lire que tout s'était passé au mieux, pour les miens ainsi que pour tous les gens de la ville basse ! Les santés étaient bonnes, on avait appris ma première blessure au bras et on me croyait encore en soins ou en convalescence. On me donnait la marche à suivre pour pouvoir correspondre directement.Notre maison ayant une situation agréable et confortable,... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 07:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 juin 2009

24 décembre 1914

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Times; panose-1:2 2 6 3 5 4 5 2 3 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:536902279 -2147483648 8 0 511 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-font-family:"Times New... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 07:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 juin 2009

Monument à la gloire des combattants

Dans le cimetière de Wadelincourt, près de Sedan, se trouve un monument à la gloire des combattants des 147è, 347è RI et 147è RIF (39 - 40).Jean-François a pu le prendre en photos et je l'en remercie.Sur ce monument figure l'inscription : " Aux glorieux morts des 147è,347è et 147è RIF " Au pied est fixée une plaque avec la dédicace suivante : " Les Anciens des 147 - 347 - 147è RIF au Président H. THOMASSIN " Si vous possédez des renseignements sur H TOMMASSIN ou sur cette amicale des anciens des régiments... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 07:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 juin 2009

Dormir d'un sommeil de plomb...

Quoiqu’il en fût, ce soir-là, je m’assis, harassé, à quelques pas du paquet de cadavres aux pantalons bleus [probablement des chasseurs], pour me reposer un peu. Mes pieds traînaient dans la boue glacée ; un baliveau soutenait ma tête, tout près de ma musette que j’avais accrochée à une de ses fourches. J’écoutais le bruit accoutumé de la forêt le soir, alors que, un peu partout, on se prépare à passer la nuit comme on peut, dans les tranchées de part et d’autre. Je me souviens parfaitement de cela. Mais alors, j’ai sombré dans un... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 09:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 juin 2009

Espoir de trêve...

Leur attaque s’éteignit, mais elle avait été chaude, et, à un certain endroit, ils avaient presque réussi. Ce fût là justement qu’on nous fit passer la nuit. Juste au bord de la tranchée que nous vînmes occuper, nous trouvâmes un groupe de sept ou huit cadavres de chez nous. Ils n’étaient pas de notre régiment, et devaient donc être là depuis les attaques précédentes, depuis plusieurs semaines peut être, et le froid les avait conservés intacts.J’envoyai prévenir le Capitaine afin qu’on vienne enterrer ces types après voir pris leurs... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 09:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]