" La Briandais " est évoquée dans les récits de Paul RICADAT.

Le 1er août 1914, le 147è RI quitte son dépôt situé à la caserne Mac Donald de Sedan, pour s'engager dans la bataille des frontières et se diriger vers la Belgique et Bellefontaine. Après les premiers combats, c'est la retraite.

Devant l'avance allemande, le dépôt doit être replié. Tout d'abord dirigé sur Amiens, mais la présence des troupes anglaises oblige à trouvver une autre destination : ce sera Saint Nazaire (44).
Le 27 août 1914, le 147è RI arrive à St Nazaire avec l'hôpital 2/2. Il est installé à l'école pratique du 27 août au 11 novembre 1915. Réparti également dans plusieurs écoles : les écoles Sévigné, Waldeck-Rousseau, et Gambetta, ainsi que dans la salle de préparation militaire.

Le 147è RI sera installé dans l'ancienne garnison du 64è RI : la caserne Briandais aujourd'hui disparue. Dans cette caserne, un bataillon (le 3è) du 64è RI d'Ancenis (502 hommes) était hébergé à partir d'avril 1890. Il fit la route à pied entre Ancenis et St Nazaire soit 90 km environ.
Il restera à St Nazaire jusqu'en juillet 1919, date à laquelle le 64è RI retrouve enfin son dépôt.

147ème

Comment St Nazaire devint-elle ville de garnison ?

En 1886, Fernand GASNIER, maire de la commune obtient l'installation d'un bataillon de gendarmerie du Ministre de la Guerre, le Général BOULANGER.
Un ancien condiscipe du Général BOULANGER, Henri DUVAL, directeur de l'usine à gaz et président de la Chambre de commerce de St Nazaire a appuyé cette demande, ainsi que le Préfet M .GLAIZE.
Le terrain est tout trouvé : l'ancien jardin potager des douaniers, autrefois champ des Martyres. On y construit une caserne avec champ de manoeuvre et champ de tir.
La Briandais était un ancien hameau de la commune de St Nazaire qui comptait 14 habitants en 1850.

Le commandant de la garnison, le chef de bataillon Gustave GATÉ (64 RI) décédera le 8 septembre 1914 des suites de ses blessures à Fère Champenoise lors de la bataille de la Marne.

gate

L'ancienne rue Villès-Martin menant à la caserne est débaptisée en 1919 et porte depuis le nom de commandant Gaté en son honneur.

Après guerre la Briandais deviendra une caserne de gendarmerie, elle hébergera pendant la 2è Guerre Mondiale les services municipaux, puis sera rendue à la gendarmerie mobile.

A l'emplacement de l'ancienne caserne, s'élève aujourd'hui un ensemble de logements sociaux.

Tous mes remerciements au personnel et à Mme GOURET responsable du service des archives municipales, à M. PAUVERT sans qui cet article n'aurait pu être écrit.
L'illustration provient de la collection de P. Pauvert qui en autorise la reproduction.