Le nom du Sergent-major BOGAERT est évoqué dans la presse quotidienne de l'année 1901, plus particulièrement celle du mois de juillet.
Il était l'un des 150 hommes de la compagnie cycliste du 147è RI participant au voyage de Sedan à Paris (et retour) qui se rendaient à la revue du 14 juillet.
Il est reconnaissable à ses galons de sergent-major (deux chevrons).
On peut le reconnaître sur différentes cartes postales des années 1900 - 1904 : soit sous l'uniforme du 147è RI, soit sous celui du 9è BCP.

Ancien du 147è, il a sa place ici dans la rubrique " ils sont passés au 147è RI ".

Bogaert147


Pourquoi l'évoquer aujourd'hui ?

Je viens d'acquérir récemment un lot de cartes postales représentant la compagnie cycliste du 9è BCP à Longwy. L'un des hommes portant des galons d'Adjudant pourrait être Jules BOGAERT. Mais un autre porte également des galons de sergent-major.
En retournant ces cartes, j'ai la surprise d'y découvrir un paraphe : Bogaert. Pas de texte, juste ce paraphe et une adresse à Paris.

Notre sergent-major aurait donc poursuivi sa carrière militaire ?

Qu'est-ce qui m'a mis la puce à l'oreille ? Une carte représentant une partie de la compagnie du 147è RI, surchargée " actuelle 6è compagnie du 9è BCP à Longwy ".

J'ai donc cherché des cartes postales de cette compagnie cycliste du 9è BCP et... Bingo !

Et si par hasard Jules BOGAERT figurait dans la base Léonore ?
C'est le cas mais avec un dossier bien mince et un grade d'officer de réserve.

Né dans le Nord, il serait possible de retrouver une fiche matricule à son nom sur le site des archives départementales. Sa commune natale indiquée sur Léonore est Merville. Vérifions de quel arrondissement dépend Merville : Dunkerque.
Né en 1874, il était de la classe 1894.

Une fiche matricule figure bien aux nom et prénom de Jules César Joseph BOGAERT.
J'y relève tout de suite le 147è RI ainsi que le 9è BCP : cela semble bien être le bon.

Lors de son recrutement, il exerçait la profession de pâtissier. Il était né à Neuf Berquin, canton de Merville et y résidait avec sa mère semble-t-il.
Il part au service au 147è RI en septembre 1895. Caporal en 1896, sergent en 1897.
Il décide de se rengager pour 3 ans. Sergent-major en décembre 1900. Il renouvelle son engagement pour 5 ans. Il est nommé adjudant en 1905

Lors de la déclaration de guerre, il est affecté au 16è BCP. adjudant-chef en décembre 1914. Il est promu sous-lieutenant de réserve en décembre 1914.
Blessé et capturé le 25 septembre 1915 à Auberive (52), il est interné au camp de Wurzburg.
Hospitalisé en Suisse à Lausanne, il est rapatrié en octobre 1918.

Cité à l'ordre de l'armée le 12 juillet 1915 :
Le 30 juin 1915, n'a quitté sa position que sur un ordre supérieur pour conduire une contre-attaque dans une autre partie du secteur où il a réussi à gagner du terrain.

Chevalier de la Légion d'honneur le 2 septembre 1915 :
Officier d'un courage au-dessus de tout éloge et d'un sang-froid remarquable. A à diverves reprises fait preuve d'un gros ascendant moral sur sa troupe. Le 30 juin 1915, occupant une tranchée bombardée par l'ennemi, n'a quitté par ordre cette position, que pour aller contre attaquer un autre point où il a réussi à progresser.
Le 19 juillet 1915, attaquant une position très forte avec sa compagnue a réussi à l'emmener dans les tranchées adverses.

Cité à l'ordre de la division du 30 mai 1919 :
Excellent officier, courageux et énergique a été blessé le 25 septembre 1915 en se portant bravement à l'assaut à la têt de ses hommes.

Auparavant, le 20 février 1908, il avait reçu une lettre de félicitations du Ministre de l'intérieur pour avoir contribué à l'extinction d'un début d'incendie.

Il s'était marié en 1904 à Sedan avec Adèle LOUIS.

Il est décédé en 1953 à Charleville (08).