Relevé sur le Bulletin officiel des Armées de la République - août 1914 :

Conseils d'hygiène pratique aux soldats en campagne

Les ampoules, les écorchures des pieds résultent le plus souvent des frottements causés par les mouvements de va et vient des pieds dasn les souliers mal ajustés.
Or, on peut corriger presque complétement ce défaut d'ajsutage en usant du procédé très recommandé ci-après :
Une courroie solide large de 3 centimètres, longue d'environ 75 centimètres, est passée en sous-pied devant le talon de la chaussure puis amenée sur le coup de pied et croisée, enfin serrée convenablement autour du bas de la jambe, un peu au-dessus des chevilles.
De cette façon, le pied est immobilisé dans la chaussure. Le talon, en particulier, demeure fixé dans son logement. Avec cette simple précaution un homme déjà légèrement blessé par ses chaussures, et qui serait bientôt obligé de s'arrêter, peut continuer à marcher sans grande douleur et sans risque de voir l'état de ses pieds s'aggraver. Souvent même ses écorchures se cicatriseront d'elles-mêmes pendant les marches exécutées avec la courroie.
Les hommes qui ont l'habitude de porter des chaussettes feront très sagement de ne pas y renoncer ; mais ils s'efforceront d'en changer quand ils le pourront et en tous cas les feront sècher lorsqu'elles auront été mouillées.
La meilleure chaussette pour le marcheur est habituellement la chaussette de laine. Toutefois elle ne convient guère en été aux hommes qui transpirent abondamment, car alors elle contribue à amollir la peau du pied.