12 mars 2014

Honneur posthume

Le 16 avril 1915, un officier et six sous-officiers sont cités à l'ordre de l'armée pour leur belle conduite. Malheureusement pour six d'entre eux il est trop tard pour qu'ils reçoivent cet honneur. Lieutenant Charles GUICHARD tombera à Tahure le 10 octobre 1915, inhumé à la nécropole nationale de la Crouée à Souain-Perthes les Hurlus, Adjudant-chef Gaston BENSMAN(N) tombé le 6 avril 1915, inhumé à la nécropole nationale de Buzy (55), Adjudant Marcel COCHIN, décédé des suites de ses blessures le 14 avril 1915, inhumé à la nécropole... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 08:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 mars 2014

Préparatifs d'attaque

Durant la période du 15 au 18 avril 1915, les 1er et 3è bataillons ont pour mission de consolider et d'organiser leur position, de pousser le plus près possible des fils de fer, leurs tranchées de 1ère ligne, d'ouvrir des brèches dans les réseaux de fils de fer et de préparer une attaque de la position ennemie.Une très forte artillerie française bombarde les réseaux de fils de fer et les tranchées ennemies, cherchant à y faire des brèches. Dans la nuit, les compagnies de 1ère ligne détachent des équipes chargées d'agrandir les brèches... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 08:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 mars 2014

Le Sous-lieutenant Georges NANCEY (1885 - 1915)

Georges NANCEY était né en 1885 à Nogent en Bassigny (52). Le JMO du 147è RI indique qu'il fut tué le 14 avril 1915 devant Pareid, ainsi que la liste des pertes de la 4è Division, mais deux autres documents indiquent la date du 15 avril. En recherchant dans la base Léonore, j'y trouve un homonyme Gustave NANCEY, Capitaine au 147è RI. Dans ce dossier figure un avis de décès au nom de Georges NANCEY et une réponse du dépôt du 147è RI alors à Mulhouse indiquant : Nous avons l'honneur de vous rendre compte que nous possédons bien à... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 07:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 mars 2014

Les pieds dans l'eau

La communication avec les tranchées d'extrème droite est très dangereuse et oblige à emprunter les boyaux de la brigade voisine, ce qui est parfois gênant pour celle-ci. Il sera difficile sinon presque impossible d'obtenir des boyaux qui ne soient pas bientôt plein d'eau ; des ordres sont cependant donnés pour cela. Le 14 mars 1915, un bombardement d'une extrème violence et de tout calibre (surtout de 210, 150 et 110), sévit sur le village de Pintheville et la batteries voisine. Des pertes en sont résultées dans le personnel de... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 07:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 février 2014

Erreur d'orientation et de tracé

Extrait du JMO de la 7è brigade à la date du 13 avril 1915 : [...] Avant le jour, deux compagnies du 147è (5è et 6è) sous le commandement du Capitaine CLAIRE ont ordre d'aller occuper les tranchées précédentes. Elles commettent une erreur d'orientation, s'égarent dans le terrain marécageux du Sud de la route de Maizeray et rentrent à Pintheville. Ce contretemps devant avoir pour résultat une diminution de la longueur des tranchées occupables, le Colonel BLONDIN ne renvoie qu'une seule des deux compagnies du 147è, la 5è qu'il fait... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 09:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 février 2014

En colonnes de bataillon

Dans la soirée du 13 avril 1915, le régiment est remplacé aux abris du Bois de Manheulles par le 91è RI. Il va relever le 120è RI dans le secteur Maizeray - Pareid. La relève s'opère sans incident : les 1er et 3è bataillons occupent au Nord et au Sud de la route Pintheville - Maizeray face à Maizeray des tranchées symétriques disposées en colonnes de bataillon ; c'est une formation d'approche préparatoire à l'attaque, les tranchées ont été successivement établies en se servant de la précédente comme place d'armes. Cette progression... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 20:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 février 2014

Dans la Woëvre

Le 12 avril 1915, à peine reposé et renforcé, le 147è vient occuper les abris situés dans la corne Sud du bois Manheulles. Dans la journée, il est appelé à se rendre à la lisière Ouest du bois Bouillon (1km au Nord de Pintheville), prêt à appuyer une attaque exécutée par la 87è Brigade sur Maizeray. La journée se passa sans que le régiment ait à s'engager ; à 19 heures, le 147è a regagné ses abris au bois de Manheulles. Pertes : 2 tués, 2 blessés.
Posté par dunbarne à 08:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 février 2014

La relève et les renforts

Dans la nuit du 9 au 10 avril 1915, le 147è RI est relevé par le 18è BCP. Le JMO de ce bataillon indique que c'est dans la nuit du 8 avril 1915 à 22h30 q'il part assurer la relève du 147è RI. Celle-ci s'opère sans incident mais note pour le 9 avril : " Bombardement assez violent des tranchées par canon revolver qui rend impossible tout travail de jour. L'aménagement des tranchées ne peut se faire, il est pourtant de première nécessité. De nuit les unités travaillent à la confection de boyaux qui n'existent pas, élargissent ou... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 08:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 février 2014

Le Sous-lieutenant Jules CAILLOU (1890 - 1925)

Le Sous-lieutenant Jules CAILLOU est l'un des deux officiers blessés le 9 avril 1915 lors des combats de Pareid. Un dossier à son nom est consultable dans la base Léonore de la Légion d'honneur. Il permet d'en apprendre un peu plus sur son parcours. Un des docuemnts précise qu'il était affecté à la 5è Cie. Jules CAILLOU était né à Paris en 1890. Appelé de la classe 1910, il fit son service au 151è RI. Caporal en avril 1912, il suivit les cours pour être élève officier. Nommé Sous-lieutenant de réserve en avril 1913 et affecté au 91è... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 17:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
21 décembre 2013

Au poste de secours

Arrivé au poste de secours, qui était installé dans une ferme isolée, on me posa à terre à la suite d'un rempart de brancards occupés, arrivés bien avant moi. Il y en avait une épaisseur d'au moins trente, sur une cinquantaine de mètres de longueur ! - Mais, dis-je à mes hommes, jamais je ne serai pansé cette nuit ! - Attendez, mon Adjudant, dit l'un d'eux. Je vais aller voir le docteur CARLETON et lui dire que vous êtes là, gravement blessé et il s'occupera de vous. Effectivement, peu de temps après, il revint en... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 09:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :