12 août 2011

La catastrophe du 18 avril 1916

Le Caporal Gabriel GUELTON est tué le 18 avril 1916 dans l'explosion du poste de secours. Les circonstances de cette explosion accidentelle sont relatées au JMO du 147è RI. Extrait du JMO du 147è RI - 18 avril 1916La préparation d'artillerie faite dans la journée ayant pour effet de retarder nos travaux, la Division décide que l'attaque projetée n'aura pas lieu et sera reportée au 19.Vers 10 h, des flammes partent du magasin situé à droite de la redoute occupée par le Lieutenant colonel et sa liaison et servant également de poste de... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 08:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 août 2011

Caporal infirmier Gabriel GUELTON

Le nom de GUELTON est cité par Paul RICADAT à plusieurs reprises : c'est l'infirmier qui réussit à convaincre le Major de la gravité de sa blessure à la tête. Le Caporal Gabriel GUELTON était infirmier et brancardier au 2è bataillon du 147è RI. Clerc tonsuré avant guerre, il avait été classé dans le service auxiliaire. Blessé à deux reprises, il succomba le 18 avril 1916 à Douaumont suite à l'explosion d'une redoute à laquelle était adossé le poste de secours du 2è bataillon. Originaire de Denain, il était âgé de 25 ans. ... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 08:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 août 2011

Trois gars d'la 15

Yann a chiné cette photo de 3 copains du 147è RI Elle daterait porbablement de l'année 1915, à noter la disparité de la tenue composée de différents uniformes avec une constante : le nombre 147 au col et sur le képi. Le personnage de droite porte une veste courte avec des boutons non réglementaires, probablement d'artilleur, celui de gauche un pantalon qui n'a rien de militaire. Le personnage central porte des souliers à tige alors que ses compagnons ont les bandes molletières.Tous arborent une cigarette, attibut viril de l'époque... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 09:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 août 2011

Soldat Alphonse QUÉVREUX

Hélène m'a signalé la vente sur un site d'enchères, d'un diplôme concernant Alphonse QUEVREUX du 147è RI. Alphonse QUÉVREUX était de la classe 1902 (donc né vers 1882). J'avais relevé son nom sur une liste de prisonniers parue dans la Gazette des Ardennes. Cette liste indique qu'il était originaire de Villers le Pré dans le Nord, or Villers le Pré est une commune de la Manche... Ce diplôme porte 3 des décorations qu'il avait reçues et les traces de deux autres. Ces 3 décorations sont la Croix du Combattant, la Médaille commémorative... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 09:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 août 2011

Le Sous-lieutenant DE MORAS

Patrice, que je remercie à nouveau, a relevé dans le Livre d'Or des anciens élèves et professeurs de l'Institut Catholique de Paris morts pour la France (Paris 1923), une notice concernant un officier du 147è RI illustrée d'un portrait de l'intéressé : le Sous-lieutenant Marie Alexandre Maxime DE MORAS. Il y fut étudiant en droit en 1909-1910. Maxime DE MORAS, alors Sergent, fut grièvement blessé le 17 décembre 1914 en Argonne. Il y eut ce même jour 25 tués dont le Sous-lieutenant PAULUS et 84 blessés. Il fut cité à l'ordre de... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 09:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
06 août 2011

Dans la cave...

RICADAT et MARZIN descendent dans la cave indiquée par GUELTON : [...] Ah ! Cette nuit, dans cette cave ! Les plaintes, les râles, les cris, parfois des hurlements de ceux qui souffrent trop. Et cette odeur de sang qui vous prend à la gorge. Et cette obscurité, pas même une bougie. C'est apocalyptique. Je récite mon chapelet pour toute cette souffrance que le monde ignore aujourd'hui, qu'il voudra ignorer plus tard et qu'une génération découvrira un jour. Tant bien que mal, les heures s'écoulent. Dès le petit jour, une vague lueur... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 août 2011

20 octobre 1914 - Cathédrale de Laval (53)

Patrice qui recherche les Poilus mayennais, a relevé dans l'Écho de la Mayenne du 18 octobre 1914, l'annonce d'un service funèbre à la mémoire d'un combattant du 147è RI : Le Sergent Lucien PHÉLIZON précédemment évoqué ici, tombé à Thiéblemont le 10 septembre 1914. Cet avis est ainsi rédigé : Son frère, Lieutenant au 124è RI, semble avoir survécu au conflit (absence de fiche à son nom sur le site mémoire des hommes). Merci à Patrice.
Posté par dunbarne à 08:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 juillet 2011

Les surprises du retour

Prendre quelques congés, cela fait le plus grand bien. Séjour en Albret, photos de monuments aux morts, plaques mémoires des églises lorsque cela était possible et visite de cimetières le matin. Après le dépouillement de tout ce matériau, peut-être trouverai-je des gars du 147è ? Pas de connexion internet, donc pas de message pendant cette période. Au retour, des messages de correspondants et lecteurs que je remercie beaucoup : je leur ferai un petit clin d'oeil sous peu lors des prochaines publications. Patience...
Posté par dunbarne à 23:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juillet 2011

Un combat dans l'âme

Le Major du poste de secours menace Paul RICADAT et son compère MARZIN du poteau d'exécution. Heureusement, l'infirmier GUELTON intercède : - Mais Monsieur le Major, vous pourriez peut-être examiner leurs plaies, ils partiront après. - Non, non et non ce sont des déserteurs, je ne soigne pas les lâches. - Monsieur le Major, je connais RICADAT, je vous affirme qu'il est incapable de désertion. Permettez-moi de leur renouveler leur pansement. Voyez le sang coule au travers. - Soit, refaites les 2 pansements et qu'ils partent. ... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 09:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 juillet 2011

Au poste de secours

Paul RICADAT et MARZIN prennent la direction indiquée, tout est noir, le village est évacué, personne pour renseigner. [...] Revenant sur nos pas, nous apercevons un rais de lumière, je frappe à la porte. Un infirmier, dont je reconnais le brassard à croix rouge nous fait entrer dans un couloir à peine éclaré. Il me regarde de plus près. - Mon pauvre RICADAT. Qu'est-ce qui t'arrive ? C'est GUELTON, un séminariste que je voyais souvent à Sedan. - J'ai la tempe coupée par une balle, sur 15 cm et, lui, a le nez traversé. Il va à la... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 08:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]