20 novembre 2011

Retour en août 1914

L'échange avec Jean-Claude DELHEZ, m'a permis de prendre connaissance de la transcription d'une partie des carnets du Capitaine RIGAULT. Jean-Claude que je remercie, m'a communiqué celle-ci qui porte sur les journées des 6 au 10 août 1914 Jeudi 6 aoûtNous allons partir comme d'habitude aux tranchées quand l'escadron MONTAGNAC passe allant vers Arlon, avant-garde de la division. Dans les quelques engagements qui ont eu lieu sur la frontière avec la brigade de Trèves, ils n'ont eu que des faits d'armes heureux. Il n'y a eu d'engagés... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 08:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 janvier 2010

Le portrait du Capitaine RIGAULT

En recherchant sur internet, j'ai pu trouver un portrait du Capitaine RIGAULT sur le site de l'un de ses petits neveux Tous mes remerciements pour l'autorisation de reproduction.Le Capitaine RIGAULT, décédé des suites de ses blessures le 13 octobre 1914 à Ste Menehould, est l'auteur de carnets transcrits par son fils.Le Capitaine RIGAULT est inhumé à l'ossuaire n° 1 de la Nécropole nationale de Ste Menehould (51).
Posté par dunbarne à 09:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 février 2009

Début octobre 1914 : Bois de la Gruerie

Fin des carnets du Capitaine RIGAULT1er octobre : [...] Toute la nuit, le canon continue. Est-ce pour masquer la retraite ? On vient de nous apprendre en effet que le centre de l'armée allemande a été repoussé et que nous bombardons, à notre droite, le fort Saint Blaise (sud de Metz). 2 octobre : [...] A 10h15, l'artillerie française tire deux coups pour savoir si l'artillerie allemande va lui répondre. Elle en tire quatre ou cinq en effet, puis tout se retait [...]3 octobre : [...] Nous avons toujours la mission de tenir sur... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 09:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 février 2009

30 septembre 1914 : Servon - Melzicourt (6)

Des carnets du Capitaine RIGAULT Réveil paisible mais frisquet. Nous sommes en deuxième ligne par suite des modifications de la nuit. Une de mes sections doit refaire des abris en arrière. Aurons-nous autant de déveine que la 8è qui a eu hier, dans notre bois de sapins, des morts et des blessés ?Jusqu'à 13 h, nous n'avons vu passer près de nous aucun projectile allemand, mais, hélas, il paraît qu'à notre droite trois régiments allemands se sont infiltrés par le front d'Argonne et inquiètent notre droite. Les 51 et 87 qui devaient... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 08:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 février 2009

29 septembre 1914 : Servon - Melzicourt (5)

Des carnets du Capitaine RIGAULT Quelques balles ont sifflé la nuit à nos oreilles. Mes hommes ont réparé ou fait des tranchées. Vers 8 h, quelques coups de canon assez proches, puis tout s'apaise autour de nous. Il fait frisquet, le soleil est pâle. Les Allemands leur soi-disant manque de munitions, canonnent avec autant d'ardeur que les autres jours. Les voilà, vers 9h30,  qui tapent encore sur mes tranchées de première ligne. Ils ont l'air de les rater, tant mieux ; ils cessent d'ailleurs. Ils tapent sur celles de la 2è... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 09:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 février 2009

28 septembre 1914 : Servon - Melzicourt (4)

Des carnets du Capitaine RIGAULT Jusqu'à 8 h, le brouillard nous permet de nous lever et de faire le café. A 8h40, la canonnade allemande commence. Quelques 150 s'en donnent. Vers 10 h, elle arrive vers nous. A 11 h, quand je vais déjeuner, un de nos hommes vient de recevoir un éclat d'obus dans la cuisse. Entre-temps, le colonel nous apprend que Melzicourt doit être abandonné par le 328. L'Adjudant CLOCHE aperçoit en effet vers 13 h quelques casques à pointe. Mes 1ère et 3è sections ont achevé leurs tranchées vers Melzicourt et le... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 09:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 février 2009

27 septembre 1914 : Servon - Melzicourt (3)

Des carnets du Capitaine RIGAULT : Nous avons un réveil très calme. On entend des voitures s'en aller au loin. Peut-être est-ce un départ des Allemands ? En tous cas, ils ont laissé un rideau suffisant pour que nous n'osions pas le percer ! A 8h45, ils commencent à canonner Melzicourt. A 10h40, ils arrosent avec leurs 120. Est-ce du bluff encore ? 11 h, les Allemands commencent à canonner un peu partout dans notre secteur et surtout sur Melzicourt. Les roulements de voiture seraient-ils un ravitaillement comme l'autre jour dans le... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 08:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 janvier 2009

26 septembre 1914 : Servon - Melzicourt (2)

Suite : Nous ne tirons plus que sur quelques isolés, blessés ou porteurs d'ordres qui courent derrière la crête vers Servon. De 10 h à 13h15, calme plat.A 13 h, voilà enfin l'artillerie qui se décide à tirer. Aussitôt, nous voyons une tripotée d'Allemands qui fuient un par un sur la route Melzicourt-Servon, malheureusement pour nous un peu en arrière de la crête. C'est pour nous une véritable chasse au lapin. AUBRY tire au moins 150 cartouches ; il n'y a aucun danger, ils n'ont pas le temps de répondre. Par ce beau soleil, tout le... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 09:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 janvier 2009

26 septembre 1914 : Servon - Melzicourt (1)

Des carnets du Capitaine RIGAULT :J'allais relever la 8è [Cie] et j'avançais péniblement dans le petit bois qui longe la route, quand une fusillade intense éclate vers la 6 [Cie]: la relève 5 [Cie] et 6 [Cie] est en train de se faire. Le Commandant JEANNELLE me donne l'ordre de revenir à ma place. La fusillade continue. A notre gauche, les Allemands avancent. A notre droite le 3è bataillon, a l'air de s'être maintenu, bien qu'une section de la 12è [Cie] soit revenue vers nous en débandade.6h20, la situation reste la même. Avoir froid... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 08:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 janvier 2009

Le 25 septembre 1914

Le secteur occupé par le Bataillon JEANNELLE fin septembre 1914 source : SGA - Mémoire des hommes - JMO du 147è RI Des carnets du Capitaine RIGAULT :Nous allons voir, le Commandant [JEANNELLE] et moi, au lever du jour, les compagnies de première ligne, 6 et 8, à travers un petit bois malodorant, puis je reviens prescrire la place des sections pour le soutien de la première ligne en cas d'attaque. Vers 6h30, les obus commencent à arriver très loin à notre droite, puis à 7h30, très loin au-dessus de nous, allant tomber à... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 09:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]