Une photo récemment chinée est l'occasion d'une petite enquête afin de retracer le parcours de l'homme figurant sur celle-ci

590_001

Le verso indique le nom du photographe : Jos. Fassbender à Limburg, et l'expéditeur a indiqué l'adresse suivante

590_002

L'initiale de son prénom G et le début de son nom vont-ils permettre d'en apprendre un peu plus ? Cette carte est adressée à une personne demeurant à Paris.

" G " porte une vareuse et un képi sur lesquels on distingue le nombre 147, il est alors prisonnier au camp de Limburg am Lahn. Le début de son nom est LACHE, LACHEAU, LACHEU... Mais ce pourrait être aussi LACHEM, LACHEN...

Malheureusement le nombre de fiches sur le site de la Croix-rouge internationale débutant de cette manière est trop important.

Serait-il identifiable par les fiches mémoire des hommes ? Là encore, vu le nombre de fiches à parcourir, cela semble difficile.

La piste Paris pourrait-elle permettre d'avancer ? Une recherche sur le début du nom indique 147 pages...

En s'armant de patience et en limitant la recherche au début du nom et aux prénoms commençant par la lettre G, la 5e page me propose trois LACHENY Georges.

En reprenant l'inscription au verso, je remarque que ce que j'ai pris pour un trait ou un chiffre ressemble beaucoup à la lettre Y finale.

Quel Georges est le bon :

  • Georges,
  • Georges Bonnet Antoine,
  • Georges Louis ?

Seul Georges Louis fut incorporé au 147e RI et fait prisonnier, mais aucun nom de camp n'est indiqué sur la fiche matricule, juste le lieu de capture à Tahure le 30 octobre 1915, qu'il fut hospitalisé en Suisse en août 1918, rapatrié le 1er septembre et qu'il est décédé le 18 octobre 1918.

Le bas de la fiche nous en apprend un peu plus : Georges fut blessé le 30 octobre 1915 par schrapnell à l'épaule à Tahure, il avait eu les pieds gelés à Pintheville le 9 avril 1915 et il fut cité à l'ordre du régiment le 17 août 1918 :

Bon soldat ayant toujours accompli son devoir. Blessé grièvement à son poste de combat le 30 octobre 1915.

crx_g1

Le haut de la fiche nous indique son état-civil : Georges était né à Limours (91) et exerçait la profession d'employé de commerce, il savait lire, écrire et compter et avait été ajourné pour faiblesse lors du conseil de révision. Il avait été incorporé au 120e RI avant d'être dirigé sur le 147e RI en février 1915.

Fort de tous ces renseignements la recherche est facilitée sur le site de la Croix-rouge : de nombreuses fiches concernant Georges permettent de retracer son parcours de captivité en consultant les différentes listes indiquées.

Le 29 décembre 1915, on apprend que Georges est au Kriegslazarett I de Sedan et qu'il va être transféré vers le Reserve Lazarett IV à Trèves.

Deux listes datées des 11 et 12 mars 1916 des prisonniers soignés dans un Lazarett, indiquent que Georges fut dirigé vers le Reserve Lazarett III à Trèves et qu'il était blessé à l'épaule, puis qu'il fut soigné dans le Reserve Lazarett IV à Trèves et qu'il partait pour le camp de Limburg am Lahn. Le Soldat Fernand LANCELLE de la compagnie de mitrailleuses (MGK) était avec lui.

Une liste du 12 mars 1917, indique que Georges précédemment détenu à Limburg am Lahn avait été évacué et dirigé sur le camp de Darmstadt. Elle précise qu'il était affecté à la 5e Cie du 147e, sa date de naissance en 1894 à Limours et son adresse à Paris (identique à celle portée sur la fiche matricule).

Le 6 avril 1917, Georges fit partie d'un convoi à destination de la région de Gruyère en Suisse.

Une liste du 30 octobre 1917, indique qu'il était précédemment détenu au camp de Darmstadt, qu'il souffre de neurasthénie et qu'il va être transféré vers la Suisse.

La liste de rapatriement du 30 août 1918 indique qu'il vient de Fribourg (qui se trouve dans la région de Gruyère).

Deux mois après son rapatriement, Georges est décédé d'une septicémie comme l'indique la fiche mémoire des hommes à son nom

archives_G470292R

Il fut inhumé au cimetière de Montrouge, avant que ces restes ne soient transférés à Limours où il repose aujourd'hui dans une tombe collective, d'après le relevé figurant sur memorialgenweb.

Ce même site, indique que bien que Georges figure sur le Livre d'or de Limours, probablement comme natif,  il n'a pas été inscrit sur le monument aux morts de cette commune.

Bien que " mort pour la France " comme l'indique sa fiche matricule, son nom n'est inscrit sur aucun monument aux morts.

Comme il demeurait à Paris 14e, j'ai donc contacté la mairie de Paris qui a réparé cet oubli dès le lendemain sur le mémorial virtuel, et en m'indiquant que son nom serait également inscrit sur le monument aux morts parisiens au Père Lachaise.

Tous mes remerciements à la Mairie de Paris.