Un commentaire déposé par Gilles, petit-neveu du Sous-lieutenant André THIÉRION DE MONCLIN, a été l'occasion de découvrir le portrait de celui-ci publié avec l'autorisation de Gilles

147_de_monclin

Ces échanges ont également été l'occasion d'une recherche sur le site des archives départementales des Ardennes afin d'y retrouver la fiche matricule d'André et de compléter ainsi la précédente évocation datant de 2011.

Né en 1890 à Paris 17e, André était de la classe 1910. Incorporé en octobre 1911, il avait été nommé 1ère classe en mars 1912 puis caporal en avril 1913.

Maintenu en service en vertu de la loi dite des 3 ans, il reçut le certificat de bonne conduite et fut nommé sergent en novembre 1913.

Rappelé lors de la mobilisation générale, il rejoint Sedan le 2 août 1914. Il est nommé sergent-fourrier quelques jours plus tard, avant d'être nommé sergent-major au mois d'octobre 1914.

Sous-lieutenant à titre temporaire mi novembre 1914, à la veille de son 24e anniversaire, il est tué quelques mois plus tard à Mesnil les Hurlus. Le 3 mars 1915, le commandant de la 6e Cie prend la plume

Tranchées de première ligne - 3 Mars 1915.

Monsieur,

J’ai la grande douleur de vous confirmer la nouvelle terrible du nouveau malheur qui vous frappe. Mon pauvre ami, le Lieutenant de Monclin est tombé en brave qu’il était comme son frère.

Depuis trois mois, je faisais campagne avec lui comme unique officier et je me félicitais tous les jours d’avoir trouvé un pareil compagnon. Dans les biens vilains jours que nous vivons, par son caractère toujours égal, par sa façon d’ être avec moi déférente mais affectueuse, il savait me faire oublier les moments difficiles et l’éloignement de tous ceux qui me sont chers. Sa perte m’a atterré.

Depuis quelques jours, j’étais chargé d’un peloton d’élèves caporaux sous-officiers et je lui avais laissé le commandement de la Compagnie. Il la commandait le 28 Février.

Ce jour là, le Régiment devait accroître les succès acquis par d’autres régiments depuis quelques jours.

Le 2e Bataillon était le premier engagé et votre pauvre fils est parti le premier de tous, gaiement, en pleine confiance car la préparation par notre artillerie avait été effroyable. Mais quand la Compagnie, avec de Monclin et le Lieutenant Colonel Commandant le Régiment arrivait à 25 mètres environ d’une tranchée allemande, une mitrailleuse fauchait toute la Compagnie. Votre fils et le Colonel ont été foudroyés.

Je ne suis arrivé que le 1er au matin et de suite ai voulu avoir le corps de mon pauvre ami. Mais on n’a pu ramener le Colonel que dans la nuit du 1er au 2 et il nous a été impossible d’avoir le corps de votre fils, car une neige fine était tombée et a empêché son ordonnance de le reconnaître. Ce n’ est que cette nuit que nous avons pu l’avoir et son ordonnance a suivi les infirmiers. J’ai demandé instamment au Médecin Chef qui est à 2 km de nous, dans un village rasé de le faire enterrer, de faire une bière de fortune ou tout au moins un sarcophage en briques des maisons détruites, contre le mur de l’église

Je vous donnerai toutes les indications que j’aurai quand l’ordonnance sera revenue. Je vous dirai comment il a été tué, car dans la nuit on n’a pu s’en rendre compte.

Nous n’avons rien trouvé sur lui, tout avait disparu, le revolver que vous lui aviez envoyé et qu’il avait à la main, son porte cartes. Je n’ai pu avoir que son livret militaire qui était dans la poche de sa capote et que je vous enverrai.

Dans la nuit qui suivit le combat, tous les blessés ont pu être relevés et les hommes qui ont vu tomber le Lieutenant de Monclin m’ont assuré qu’il était tombé comme une masse.

Je vous prie d’excuser cette lettre écrite dans la tranchée, dans une boue infernale avec la pensée de tous les amis perdus.

Je reste seul officier du Bataillon. Dans cette journée terrible nous avons perdu 7 officiers dont le Colonel et 9 blessés et sûrement si j’avais été là j’aurais été à coté de votre pauvre fils.

Transcription d'une lettre du Capitaine Claire, Commandant la 6e Compagnie du 147e d’Infanterie à René de Monclin (texte transmis par Gilles que je remercie)