Le titre de ce message est très réducteur, le Général André BACH était bien plus que cela.

L'annonce de son décès peine ses proches et la communauté des historiens, ainsi que ceux qui ont eu la chance de le rencontrer et de travailler avec lui.

Je suis entré en contact avec lui lorsque j'ai découvert l'existence des trois fusillés pour l'exemple du 147e RI. Avec patience, il a su m'expliquer et me guider. J'ai ainsi pu consulter au SHD ces trois dossiers, dont il m'avait communiqué les cotes, bien avant leur mise en ligne.

Ayant gardé le contact, j'ai enfin pu le rencontrer lors de l'exposition sur les fusillés " les fantômes de la République ". Il avait pu convaincre plusieurs familles de fusillés d'être présentes et de faire part de leur témoignage.

Le 15 janvier 2014, aux côtés de Nicolas Offenstadt, au centre, et André Loez à droite.

Ce fut un réel plaisir.

Un grand monsieur...