La relève débutée dans la soirée du 20 juillet 1915, se termine le 21 à 1h30 sans incidents notables.

 

Le régiment prend possession de positions très instables, bouleversées par de récents combats, parfois violents.

Un programme de travaux urgents, d'une importance considérable, doit être réalisé dans le plus bref délai. Il comporte les conditions suivantes :

  • assurer la stabilité de la 1ère position par la pose de défenses accessoires et la création de flanquements efficaces,
  • consolider la 2e position en poursuivant les aménagements des ouvrages de la cote 353 et des ouvrages du ravin de Sonvaux,
  • réaliser des communications commodes en améliorant les boyaux de communication,
  • aménager les tranchées afin de restreindre les pertes au maximum,
  • assainir la position.

Dès la première nuit du séjour qui dure du 21 au 24 juillet 1915, le 147e se met au travail. Le travail se poursuit sous des bombardements violents qui détruisent les ouvrages terminés et causent de nouveaux dégâts.

260 cadavres allemands des IR 37, 42 et 47 et du RIR 130 sont relevés et enterrés.

Pendant cette période, le 147e a réussi à améliorer la position du secteur.

Il a éprouvé les pertes suivantes :

  • le 21 juillet, 1 tué et 3 blessé dont le Lieutenant COQUEREL,
  • le 22 juillet, 1 tué et 12 blessés,
  • le 23 juillet, 3 tués et 5 blessés dont le Lieutenant BROGNET,
  • le 24 juillet, 4 blessés.

Dans la nuit du 24 au 25 juillet, les 2e et 3e bataillons sont relevés par le 120e RI ; le 1er bataillon conserve ses emplacements.