Le petit-fils de Louis CHAUDERLOT m'a transmis les photos annoncées et le texte suivant figurant au dos d'une carte envoyée par Louis à ses parents. Ce texte date probablement de l'époque du service militaire ou de l'été 1914 avant le départ pour le front. Le style et l'orthographe sont respectés. Les termes entre [ ] sont ajoutés par mes soins :

Chers parents

Je vous écris ces quelques mots pour vous dire que je m'embête un peu ici, car aller à l'exercice par la pluie sa n'est pas régalant car on n'y est gelé et se n'est [pas] comme chez nous : la mère n'est pas la pour me changer.

Je vous dirai que je n'ai pas pu allé voir Charles BINET. Dimanche nous avons été de piquet et je n'ai pas pu sortir.

Je vous dirai aussi que j'ai reçu des nouvelles d'Henri et il me dit qu'il est encore rentré à l'hôpital mes que ce n'est pas pour si longtemps que l'autre fois. Mais je vous assure que ça ne doit pas lui faire beaucoup plaisir quand même.

Pour la musique je n'ai encore [pas] eu de nouvelles mais je m'en fou si je n'y rentre pas, car il y en a plusieurs qui seront comme moi.

J'ai été voir le Sergent-Major FAY mais il n'était pas encore la et je  vais y retourner. J'y avais laissé mon adresse et que j'étais venu de la part d'Emile BACHTET [ou BACHTER]. Je vous dirai aussi qu'on boit le thé tout les jours au soir et depuis on ne bouffe plus que des haricots et sa ma fait attraper la chiasse et des cacoliques et je vous assure que sa me fait pas plaisir de plus que ça.

Je vais demander une permission pour Dimanche et j'espère revenir. Je vous envoye aussi ma photographie. J'espère que ça vous fera plaisir. Je l'enverrai aussi à mes tantes Flore et Marie un de ses jours si.

Je termine en vous embrassant tous.

Votre fils pour la vie

Chauderlot Louis

Tous mes remerciements à François.