La deuxième phase de l'attaque démarre à 16h30.

jmo99

La 5è Cie appuyée à gauche par une section de la 6è et par les 7è et 8è Cies traverse la première ligne allemande, entre dans la 2è ligne et des éléments du bataillon poussent jusquà la 3è ligne et se trouvent à environ 150 m des pièces d'artillerie allemandes, mais ces éléments accablés par des feux croisés d'artillerie et d'infanterie perdent une grande partie de leurs effectifs et se replient sur la 2è ligne allemande.

A ce moment, le 1er bataillon du 147è intervient.

Il est formé sur deux lignes :

  • 2è et 3è Cies en tête,
  • 1ère et 4è Cies en seconde ligne.

La 2è Cie marche sur le point B suivie par la 1ère, les deux autres se dirigent dans l'intervalle entre les points B et A.

La 2è Cie pénètre sur la 2è ligne allemande, au moment où les fractions avancées du 2è bataillon viennent d'y être ramenées. Elle les traverse sans s'arrêter et vient prendre pied sur la tranchée allemande au point C.

La 3è Cie, droite du 1er bataillon, traverse la 1ère ligne allemande, mais lorsqu'elle veut en déboucher, elle se trouve arrêtée net par des feux d'écharpe de mitrailleuses partant du labyrinthe au Sud du point A, et par des feux de front partant de C. Elle se replie sur la première ligne allemande entre les points B et D où elle se trouve mêlée avec des fractions du 2è bataillon.

Quant aux 1ère et 4è Cies, elles appuient les attaques des 2è et 3è Cies :

la 1ère couvre la droite et par plissement prolonge à droite la conquête de la 1ère ligne.

Ces deux compagnies perdent d'ailleurs au cours de leur progression (traversée entre la ligne française et la première ligne allemande) une partie importante de leurs cadres par suite des feux d'écharpe et de flanc venant de la région A ; le feu des Allemands ayant repris là une grande intensité.

La situation reste telle jusqu'à l'arrivée d'une compagnie du 18è BCP à 19h, qui relève sur la 3è ligne allemande les éléments du 147è qui rallient le gros de leurs unités entre F et A.