La communication avec les tranchées d'extrème droite est très dangereuse et oblige à emprunter les boyaux de la brigade voisine, ce qui est parfois gênant pour celle-ci.

Il sera difficile sinon presque impossible d'obtenir des boyaux qui ne soient pas bientôt plein d'eau ; des ordres sont cependant donnés pour cela.

Le 14 mars 1915, un bombardement d'une extrème violence et de tout calibre (surtout de 210, 150 et 110), sévit sur le village de Pintheville et la batteries voisine. Des pertes en sont résultées dans le personnel de l'artillerie et des agents de liaison. L'observatoire d'artillerie est fortement endommagé.

Le bombardement démolit les parapets et les boyaux et bouleverse le terrain à hauteur des tranchées les moins avancées et aux alentours du PC.

Dans la soirée, la 6è Cie vient prendre son emplacement entre la 3è DI qui fait face à Marchéville au Sud et le 3è bataillon qui fait face à Maizeray à l'Est.

Les pertes du régiment sont de 10 tués dont un officier le Sous-lieutenant Georges NANCEY et 28 blessés.