La nièce du Lieutenant Jean VÉRINES m'a communiqué un document philatélique représentant son oncle portant l'uniforme du 147è RI et arborant ses décorations ainsi que la fourragère du 147è RI

 

Blog_verines

Ce document s'apparente à une carte maximum, il avait été émis à l'occasion du cinquantième anniversaire de la mort du Lieutenant-colonel de gendarmerie VÉRINES membre du réseau de résistance Saint-Jacques, capturé suite à une dénonciation, interné en Allemagne à Cologne et exécuté en 1943.

Chevalier puis officier de la Légion d'honneur, son dossier est consultable sur la base Léonore. Il permet de compléter les renseignements communiqués par Jeanine, sa nièce.

Né en 1894, Jean VÉRINES appartenait à la classe de mobilisation 1914. Originaire de Corrèze, il fut incorporé au 126è RI le 7 septembre 1914.

Cité à l'ordre du régiment le 17 octobre 1914 :

Blessé au cours d'une patrouille, a continué à remplir sa mission et a tenu à en rendre compte lui-même avant de consentir à être évacué.

Caporal au mois de décembre, il est Sergent début janvier 1915.

Il passe au 147è RI en mars 1915.

Il est blessé à la Tranchée de Calonne le 16 juin 1915.

Élève aspirant en avril 1916, il est nommé Sous-lieutenant en septembre 1916, puis Lieutenant.

Cité à l'ordre du corps d'armée :

Très bon sous-officier à l'attaque du 4 septembre 1916, a entraîné ses hommes avec un entrain et un sang-froid remarquables. A pris le commandement du peloton de la première vague en l'absence des officiers blessés et l'a dirigé d'une façon digne de tout éloge.Déjà cité 2 fois.

De nouveau blessé lors des combats de Sapigneul le 29 avril 1917.

Chevalier de la Légion d'honneur le 7 mars 1918 :

Officier d'une énergie et d'une bravoure remarquables. A été blessé grièvement le 29 avril 1917 à Sapigneul en observant par dessus le parapet au cours d'une alerte. Perte de la vision de l'oeil droit. Une blessure antérieure, 3 citations.

legion_1

Il poursuivra sa carrière dans la gendarmerie, sera élevé à la dignité d'officier de la Légion d'honneur et promu Lieutenant-colonel à titre posthume.

Gouverneur des Invalides en 1940, il est inhumé à Mallemort - Brive la Gaillarde.

Plusieurs documents disponibles sur internet permettent de compléter son parcours dans la Résistance jusqu'à sa capture et son exécution :

http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/publications/gendinfo_330/index.htm#/1

http://www.france-libre.net/temoignages-documents/temoignages/reseau-saint-jacques.php?3aec685daa5c376aaa5a33ed1835c6fe=2021b027759cd175700990386f1e34b7

Tous mes remerciements à Jeanine, sa nièce.