Henri SAUMIER était l'arrière grand-oncle de Lionel qui m'indique avoir complété la fiche le concernant sur la base participative memorialgenweb.

Quelques documents familiaux sont parvenus jusqu'à lui : photographie et carte postale. Ces documents lui sont précieux non seulement pour l'illustration mais aussi pour l'écriture qui figure au dos : celle d'Henri écrivant à sa soeur, arrière grand-mère de Lionel, et celle du père d'Henri, l'arrière arrière grand-père de Lionel.

La plus ancienne d'après les tenues des hommes est la photo de groupe où Henri est à l'extrème droite. Il porte des galons de fourrier au milieu de ces manches

Saumier1

A ses côtés des hommes du 147è dont certains portent la capote en service en 1914. Au milieu, probablement un adjudant qui arbore la Médaille militaire et une médaille coloniale portant une agraphe. Au premier rang, au milieu probablement un cycliste reconnaissable à sa vareuse et au pli gilssé dans le revers de sa manche.

Au dos l'annotation du père d'Henri : Mon fils chéri, adoré, tué le 21 juillet 1917

L'autre cliché montre Henri à gauche. Il arbore la Croix de guerre qu'il a reçue suite à une citation. Photo probablement prise lors d'une permission Dans le fonds à droite on distingue un fourgon marqué " Félix Potin " en cours de livraison. Peut-être prise à Paris dans un jardin public.

Saumier2

Le texte :

Chère petite soeur,

Excuse moi de ne pas t'avori répondu plus tôt, mais, tu dois penser qu'eun ce moment nous ne sommes pas très libres. Nous venons d'envoyer 1.600 hommes en moins de 15 jours. J'attends toujours mon tour. J'ai appris que le 148è que l'on croyait disparu a été retrouvé. Il était prisonnier, les Anglais les ont délivrés.

Remercie Rénée de son bonjour. Sa commission ne m'estpas encore arrivée.

Bien le bonjour à tous. J'écrirai demain.

Je t'embrasse bien fort

Henry

Henri SAUMIER était né en 1892, il était rattaché à la classe 1912.

Il est décédé des suites de ses blessures au centre hospitalier de Souilly (55) le 21 juillet 1917, âgé de 24 ans. L'histoire familiale raconte : [...] qu’il est mort dans les bras d’un camarade suite à ses blessures, et son dernier mot fut pour sa mère. [...]

archives_J821163R

Il est inhumé à la Nécropole nationale de Rembercourt aux pots, tombe 1868.

Lionel projette de consulter la fiche matricule d'Henri aux archives départementales et d'aller se recueillir sur sa tombe.

Je lui renouvelle tous mes remerciements pour les renseignements et documents communiqués.