[...] Un homme de la 5è Cie dit avoir vu son Capitaine blessé à la cuisse se débattre au milieu de 6 Allemands qui l'emmenaient. Les Allemands avançaient alors sur la tranchée lisière Nord du Trapèze. Mais cette tranchée était fortement tenue ; par quatre fois leurs attaques étaient repoussées, et ils laissaient de nombreux cadavres sur le terrain.

C'est à ce moment que le Capitaine SÉNÉCHAL, commandant le 2è bataillon était blessé dans la tranchée Nord du Trapèze par un éclat d'obus et bombe à la tête et un moment après le Capitaine DE LANNURIEN adjoint au chef de corps était, à la même place, atteint de la même blessure.
Le reste de la journée du 1er mars fut employé à remettre de l'ordre dans les unités enchevêtrées et à reporter le 2è bataillon qui avait perdu tous ses officiers moins 1 sous-lieutenant et était réduit à l'effectif de 300 fusils ; en 2è ligne dans la place d'armes.

Les pertes du régiment pour la journée du 1er mars sont :
23 tués, 85 blessés (dont 4 officiers), 299 disparus (dont 5 officiers).

Les officiers blessés :
Capitaines Henri SÉNÉCHAL, DE LANNURIEN, PERONNE
Sous-lieutenant VALLARGEON

Les officiers disparus :
Capitaines AUBRUN, CROUZETTE
Sous-lieutenants ALINAT, D'ORNANT, BLACHON