Nous restâmes huit jours à Charmontois, au bon repos, et c'est là que nous fîmes un échange complet de vêtements de drap.

L'ancien uniforme - capote bleue avec petit col droit, pantalon et képi rouges - avait été condamné à cause du danger qu'il représentait. Dès le début de la guerre, on avait cherché à remédier à cet inconvénient par des moyens de fortune. On avait mis un manchon bleu sur le képi et un pantalon de toile bleue sur le pantalon de drap rouge. On nous donna alors le nouvel uniforme qui avait été confectionné en quantité suffisante pour équiper tout le régiment. Il était bleu horizon, capote avec large col rabattu, vareuse et pantalon, tout de même drap et de même couleur. Le képi aussi était bleu horizon. Nous n'avions pas encore de casque en acier qui n'était pas encore en service.

Alors, dans cette nouvelle tenue, bien homogène, le régiment partit de nouveau, par étapes à pied, le long des routes, vers une autre destination. En faisant le serpentin sur les chemins, nous atteignîmes la Meuse à Dieue, au Sud de Verdun. Ça y était : nous étions bons pour les Éparges. [...]

Source : Georges HUBIN - Ma vie - Mes campagnes - Ma guerre  -  Tome V, avec l'autorisation de Michel EL BAZE

bleu_horizon
Poilu de la Marne - Suippes 2010