Toujours extrait du même dossier du JMO du 147è RI, les ordres de Lieutenant DE BRISIS

147è Rgt d'infanterie - 4è Cie

Ordre

La 4è Cie du 147è Rt d'infanterie entrera dans Relaincourt dans la nuit du 5 au 6 mars 1916, vers 20 h.

Préparation d'artillerie.

L'artillerie de campagne bombardera Relaincourt de 17h30 à 18h30. Elle allongera progressivement son tir jusqu'à 800 m en arrière de Relaincourt et sur les flancs.
L'artillerie lourde bombardera Spada de 18h30 à 20h30.

Départ

La Cie sortira du PP 1 [petit poste 1] de B à 18h30. Dès la sortie des réseaux, colonne par quatre direction alpha.

Ordre de marche

Lt commandant, liaison, fourrier, interprète, Section GRESSIER, Section GILLET, section SCHVESTER - Pionniers - Section DE VAUFLEURY sur les flancs à hauteur de la section GILLET, 1/2 section LAPEYRE à gauche, Lt DE VAUFLEURY et 1/2 section DÉMARET à droite., brancardiers en queue de colonne.

Hommes

Équipement sans fourreau de baïonnette, tout le reste sera laissé près des sacs en ordre par section. Un brassard blanc par homme.

Emplacements

De P section GRESSIER se rendra à B, le long du petit ruisseau se jetant dans le rupt de Creuë à 200 m au maximum du moulin de Relaincourt, couverte par la section LAPEYRE qui restera en alpha. Point de répère et direction du tir pour section GRESSIER Corne Nord du bois de Gilaumont.
Point de repère et direction du tir pour 1/2 section LAPEYRE : Lamorville-Lavignéville entre la route et les bois.

Lt DE VAUFLEURY et 1/2 section DÉMARET se rendra en alpha.
Point de repère et direction du tir : Spada entre la route et les bois.

Sections GILLET, SCHVESTER et Pionniers se rendront en delta, colonne par deux par le petit chemin du moulin de Relaincourt reliant P et S. Point de repère et direction : Moulin de Relaincourt.

Manoeuvre

Une section fixe l'ennemi, 2 sections le manoeuvrent.
La section GRESSIER en liaison par signaux de sifflets et clairon avec le Cdt de Cie fixera l'ennemi par son feu dans le cas où les coupeurs de fils de fer seraient dérangés.
Le Lt GRESSIER déclenchera son tir en le commandant lui-même 30 secondes après " la marche " du coup de sifflet du Cdt de la Cie [1, 2, 3, 4, vrillé, bref]
Il le fera cesser de la même façon 30 secondes après le " coup de langue " du clairon de la Cie, actionné par le Cdt de Cie.
Chaque fois le feu reprendra et cessera de la même façon. Mais le Cdt de Cie désire que l'on puisse rentrer dans Relaincourt sans tirer et exige le silence.

Munitions

300 cartouches par homme, 3 grenades par homme. Les bombardiers prendront 9 grenades.
La section GILLET sous les ordres de son chef coupera les fils de fer qui pourraient se trouver devant Relaincourt, y fera une brèche, entrera dans Relaincourt coûte que coûte, et sans se préoccuper de ce qui peut se passer ailleurs, occupera la lisière Sud-Est de Relaincourt, direction les bois et buissons situés sur chemin reliant Gilaumont au Moulin. Cette section dès qu'elle aura occupé son emplacement, couvrira la section de nettoyage et cela automatiquement.
La section SCHVESTER entrera dans Relaincourt suivie des pionniers et fera le nettoyage de la position. Chaque homme aura comme mission d'empoigner un prisonnier et de le ramener vivant dans nos lignes ; prévenez immédiatement le Cdt de Cie qui sera dans Relaincourt avec cette section, dès qu'un prisonnier serait fait. Les Pionniers auront pour mission spéciale d'enfoncer les portes des abris qui seraient fermées (Pionniers - pioches) et de rapporter du matériel et des engins (Pionniers - pelles).
Pionniers à la disposition du Cdt de Cie et du Lt SCHVESTER.
Liaison, Fourrier, Interprète resteront toujours à côté du Cdt de Cie.

Munitions et matériel

Section GILLET :  tous les hommes auront une cisaille, 9 bombes et leur appareil " Filloure ", les gradés un lampe électrique, 200 cartouches par homme.
Section SCHVESTER : 1 morceau de bougie par homme, 1 boîte d'allumettes, tisons, 1 lampe électrique pour deux. 200 cartouches par hommes, pas de bombes.
Pionniers: 1 bouteille de pétrole, 1 fagotin par homme, 2 sachets de poudre noire;
Fusées : dans le cas d'une nuit aussi noire que celle du 4 au 5, nous serons éclairés par des fusées.

Fin de manoeuvre

La manoeuvre sera terminée à la sonnerie du refrain du régiment : à ce commandement les lanternes électriques ne devront s'éteindre que lorsque chaque homme aura allumé son morceau de bougie placé par terre ou dans des trous à l'abri du vent judicieusement. Les Pionniers allumeront leurs fagotins, leurs sachets de poudre noire, répandront le pétrole et mettront le feu à l'usine. Chaque section rentrera alors isolément, en ordre, colonne par deux, l'arme sur l'épaule droite et au pas cadencé, en arrivant près de nos fils de fer.
Tout homme rentrant dans les lignes avant la sonnerie ou dans le cas de perte, avant l'officier ou le gradé le plus ancien se trouvant dans Relaincourt et qui commanderait la Cie, donnant l'ordre de la fin de la manoeuvre, passera en Conseil de guerre pour abandon de poste et sera fusillé.
Il sera permis à tout homme des sections de MM GRESSIER et DE VAUFLEURY de rentrer isolément, dans le cas où ils feraient eux-mêmes un prisonnier;
Le Cdt de Cie est persuadé que sur la route de Lamorville-Spada l'on rencontrera du monde. Les prisonniers faits pas ces sections devront être surveillés plus spécialement que ceux qui seraient faits dans Relaincourt.
Interdiction complète de tirer sans l'ordre des chefs de sections.

5.3.16
Signé : Lt DE BRISIS