Évoqués dans un précédent message , deux des frères D'HÉRAIL DE BRISIS sont morts pour la France : Henry et Gustave.
Plusieurs de leurs ascendants étaient titulaires de la Légion d'honneur.

En voulant vérifier si eux-mêmes furent honorés, je trouve leurs noms sur le Tableau d'honneur - morts pour la France de la Grande Guerre 1914-1918 numérisé sur le site de la Bibliothèque nationale de France (Gallica).

Seul Henry D'HÉRAIL DE BRISIS reçut la Légion d'honneur à titre posthume.

legion_1

Voici le texte des notices

HÉRAIL DE BRISIS (Henry Jean Vicomte Henry d') Légion d'honneur à titre posthume, Croix de guerre (3 palmes, 1 étoile), engagé volontaire, capitaine au 147e d'infanterie.
Appartenant au 4è Dragons, passa volontairement à titre provisoire dans l'infanterie, en février 1915.

Citation posthume :
Officier de tout premier ordre, fanatique, d'une bravoure exceptionnelle. A été tué par éclats d'obus, le 20 mars 1916, au moment où il venait de remettre la Croix de guerre à des hommes de sa compagnie. A été cité.

L'obus frappa le sol à une quinzaine de mètres du Capitaine DE BRISIS, qui chancela d'abord, puis tomba à genoux. Aussitôt relevé et transporté à l'abri, il demanda avec insistance s'il n'y avait pas d'hommes blessés ; on lui répondit que non. Il dit alors :
Tant mieux, moi c'est un détail !

Il perdit connaissance et 5 minutes après il mourait en exhalant un grand souffle. Transporté mort à l'ambulance de Benoîte-Vaux, il fut inhumé dans le cimetière de cette localité.

HÉRAIL DE BRISIS (Guy Octave Félix, Vicomte Guy d') Croix de guerre (étoile d'argent), sous-lieutenant au 152e d'infanterie.
Blessé le 19 août 1914, par éclats d'obus, à Munster, fut tué à Steinbach (Alsace), le 6 janvier 1915

Citation
A fait preuve d'intelligence et d'initiative dans l'exécution des ordres reçus. Malgré les difficultés du terrain, a su avec son peloton, dans une attaque de nuit, entourer l'église et le cimetière des deux côtés, et a ainsi facilité le succès des deux autres sections de sa compagnie ; a brillamment enlevé sa section à l'assaut. (Tué le 6 janvier 1915, par un éclat d'obus).

Le sous-lieutenant DE BRISIS était à son poste dans une tranchée lorsqu'il fut recouvert par un obus de gros calibre ; son porte-cartes émergeait seul et c'est grâce à cet indice que ses soldats parvinrent à le retrouver. Transporté mort à l'ambulance de Bitschwiller, il fut inhumé dans le cimetière de cette ville.