Toujours extrait du JMO du 46è RIT, l'attaque minute par minute :

L'artillerie lourde lance quelques obus sur Spada pour en fixer la garnison. Aucun bruit jusqu'à 19h35 ; à ce moment 3 coups de feu ennemi, éclatement de grenades
19h45 Fusées vertes avec pluie d'étincelles dans le ravin vers Cha...

19h50 Musique d'alerte paraissant produite par un harmonium et se répétant sur tout le front ennemi. Tir de mitrailleuses.
Demandes de tir de notre artillerie.
1 batterie 537-534 ter objectif en arrière de Relaincourt

19h55
2è batterie 537 objectif entre Lamorville et le moulin suivant convention
2 puissants phares rouges sur la côte Ste Marie
A partir de 20 h : violent bombardement ennemi par rafales de 77, du saillant B et des boyaux en arrière

20h20 Nouvelle demande de tir de notre artillerie en arrière de Relaincourt

20h25 Ralentissement du bombardement ennemi

20h50 Demande de cessation de tir

20h55 Ordre de lancer quelques fusées pour éclairer la compagnie engagée.

21h20 Arrivée de 2 blessés dont l'Adjudant GILLET qui rend compte

21h50 Arrivée de 2 nouveaux blessés

22h40 1 blessé rentre par la 12è Cie

23 h Le Lieutenant DE BRISIS envoie son rapport par un homme de liaison :

L'Adjudant qui avait pour mission de déboucher en arrière du moulin, pour couvrir l'opération, avait pu pénétrer dans la cour, lorsqu'il reçut, des Allemands postés dans les greniers, une grenade qui le blessa grièvement au visage et à la main droite.
Son sergent et plusieurs hommes furent blessés en même temps.
La petite troupe dut revenir en arrière en traversant le ruisseau de Creuë.

Le Lieutenant DE BRISIS demande s'il doit renouveler l'attaque?

23h10 la Brigade consultée répond :

Renouveler attaque, sitôt faite, réussie ou non, rentrer

23h30 Demande à l'artillerie de se tenir prête à tirer

24h25
Retour du Sous lieutenant GRESSIER qui se réapprovisionne en munitions et repart avec sa section.

6 mars 1916 - 1 h Liaison DE BRISIS rend compte qu'il a dû se replier devant un détachement ennemi de beaucoup supérieur en nombre.

1h15 Rentrée du Lieutenant DE BRISIS

1h45 Téléphone à l'artillerie. Opération terminée, barrage normal

[...] La blessure de l'Adjudant GILLET et de son sergent, dès le début de cette opération, ont été la cause de la non réussite de ce coup de main, dont l'exécution demandait une grande rapidité.