31 juillet 2009

Le fonctionnement des conseils de guerre

Paru dans le Bulletin des armées de la République du 8 septembre 1914 : A titre provisoire et pendant la durée de la guerre, les conseils de guerre aux armées peuvent fonctionner dans les conditions ci-après :pour juger, en cas de flagrant délit, les militaires et assimilés, les individus employés à quelque titre que ce soit dans l'armée ou autorisés à la suivre en vertu de permissions, ainsi que les prisonniers de guerre.Les complices de ces individus sont également justiciables des conseils de guerre spéciaux.Les conseils de guerre... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 15:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

11 juillet 2009

Donchery (08) : Monument aux morts

Évoqué également sur le blog du 347è RI, le monument aux morts de Donchery photographié par Jean-François. Il comporte 15 noms de combattants du 147è RI dont certains déjà objet d'un message sur ce blog : Soldat Clément AZOT, décédé des suites de ses blessures au Bois de la Gruerie - âgé de 26 ans Soldat Jules BAILLY, âgé de 32 ans -  décédé des suites de ses blessures à Douaumont, inhumé dans le carré militaire du cimetière de Donchery Soldat Camille Emile BARILLY, tombé à Perthes et Tahure, inhumé dans le carré... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 08:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 juillet 2009

Le Lieutenant CADOT

Le 4 novembre le 147è RI reçoit un renfort de 295 hommes avec à sa tête le Lieutenant Joseph CADOT.Le 6 novembre 1914, au cours d'une reconnaissance effectuée dans la matinée, le Lieutenant CADOT commandant la 6è Cie est blessé de 3 balles à La Harazée.Dans la soirée du 5 novembre, un ordre du Général de Division prescrivait au 147è de mettre à disposition du 120è RI, 2 Cies. Le Lieutenant CADOT revenait de convalescence à la suite d'une blessure reçue le 22 août 1914 à Bellefontaine (Belgique). Il était affecté alors à la 7è... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 14:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juillet 2009

Permission de sortie et explications...

Ce fut ainsi que je pus passer une bonne journée en compagnie de ma belle-soeur Lili, qui était venue de Besançon pour me rendre visite. Ma permission de sortie indiquait d'abord que je devais rentrer à 14 heures ! C'était trop court. Je demandai une prolongation. On voulut bien me l'accorder jusqu'à 16 heures ! Cette fois, je trouvai la chose ridicule, et je pris le parti de ne pas tenir compte de l'heure officielle de rentrée et de m'accorder tout le temps de liberté qui serait nécessaire pour rester en compagnie de Lili, que je ne... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 08:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 juillet 2009

Une infirmière tchèque

A la vraie visite, il fut reconnu que ma gelure ne serait que superficielle. Elle n'avait pas eu le temps d'amener un commencement de gangrène, mais il était juste temps, ajouta le toubib. Et il continua : - Vous l'avez bien intéressé, notre grand patron, avec votre affaire de La Harazée ! Il monte facilement sur ses grands chevaux ! Quand même, passer 17 jours dans les conditions que vous signalez, c'est abusif !- Oui, docteur, c'est vrai ; mais il y a trop peu d'effectifs en réserve. Et puis, nos régiments étant du pays, on nous... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 11:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juillet 2009

Soin des pieds

Les pieds de l'Adjudant HUBIN furent gelés pendant son séjour prolongé dans les tranchées du Bois de la Gruerie. Dans le Bulletin des Armées de la République, j'avais relevé différents conseils contre le froid donnés par les explorateurs CHARCOT et BONVALOT. Vous pouvez les retrouver à la rubirque " conseils d'hygiène ". J'ai relevé ces autres conseils pour les pieds : Conseils d'hygiène pratique aux soldats en campagne Nous avons dit précédemment comment chacun devait s'y prendre afin d'éviter que ses chaussures... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 08:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 juillet 2009

Le Médecin-chef de l'Hôtel Dieu de Lyon

Le lendemain, à l'heure de la visite, notre salle fut littéralement envahie par un fort groupe de docteurs en blouses blanches impeccables, suivis d'infirmiers, de soeurs, d'étudiants.Ce jour-là, c'était le médecin- chef qui faisait une tournée à notre étage. Petit, vieux, chauve et disert, ce médecin-chef devait être une sommité médicale de première grandeur, car tous les autres lui témoignaient un respect très accentué. Tous étaient à l'écoute de ses moindres paroles qu'ils buvaient, on aurait dit, avec une certaine ferveur... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 08:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]