Après les conseils de G. BONVALOT, voici ceux de l'explorateur des régions polaires, Jean-Baptiste CHARCOT (1867-1936).

charcot2
Collection C. Lagrange

Le docteur J-B CHARCOT, qui a affronté à plusieurs reprises les grands froids des régions polaires, a souhaité faire profiter les troupes de l'expérience acquise par lui dans l'art de se protéger contre le froid.

Voici le résumé de ses conseils :

1° Moyens de protection générale


Séjour dans un local chauffé

Il ne faut pas trop craindre de séjourner dans une pièce fortement chauffée avant d'aller au dehors s'exposer à un froid très vif ; ce brusque changement de température n'est pas dangereux pour un homme bien portant et il semble même que la chaleur emmagasinée (surtout dans les vêtements) vous aide à mieux supporter une température très basse.


Alimentation et boissons

Une alimentation abondante est indispensable pour lutter avec succès contre le froid, car c'est avec les aliments que le corps entretient sa chaleur, il y a avantage à consommer plus de graisses, de pain, de farineux, de sucre que d'habitude.
Les boissons bien chaudes, à commencer par la soupe, sont des réconfortants tout à fait précieux : le café, le thé doivent donc être recommandés. Un quart de vin très chaud et sucré dans lequel on trempe du pain peut refaire un homme de celui que le froid avait converti en épave.
L'alcool peut être employé, mais seulement comme médicament, à faible dose et à titre très exceptionnel.

Le vêtement

Des couches superposées d'étoffes minces, voire même de toile, protègent au moins aussi bien le corps, sinon mieux, que des tissus épais : 2 chemises de coton sont préférables à une chemise de flanelle.
On mettra à profit cette indication pour éviter de se charger à l'excès de gros vêtements qui ont en outre l'inconvénient d'entraver la liberté des mouvements.
Les sous-vêtements seront de préférence des tissus tricotés, pas très épais ; ils doivent être assez amples pour emprisonner de l'air et ne pas gêner la circulation. Le vêtement de dessus sera au contraire un drap compact, relativement peu perméable à l'air ; il pourra même être recouvert d'un tissu très peu perméable ; il sera assez ajusté pour qu'on sente légèrement sa pression sur el corps ; ses ouvertures seront fermées le mieux possible ; au cou, foulard ; aux poignets, mitaines ; aux jambes, molletières.

Couchage

Un sac en toile, garni intérieurement avec une couverture ou avec de la paille, constitue un couchage à rechercher. Si l'on peut se déchausser on se trouvera bien de passer ses pieds dans les manches d'une veste ou d'un tricot dont les extrémités seront fermées à l'aide d'une ficelle.

Source : Bulletin des Armées de la République - décembre 1914